05 juillet 2007

Une liberté à la mesure de l'enfant

Quelque chose dont j'étais persuadée depuis des années et que j'ai pu mettre en mots grâce à la pédagogie Montessori, c'est qu'on ne rend pas un enfant libre en lui donnant toute latitude, en le laissant tout faire. Un enfant libre est un enfant qui sait quoi faire de sa liberté, comment s'en servir. Les enfants a qui l'on donne une trop grande liberté sont pour moi dans le chaos, sans direction, privé de sens, pas libres.

J'ai souvent pu observer avec les enfants dont je me suis occupée pendant des années, puis avec les miennes, que si je laisse par exemple 3 ou 4 caisses pleine de jouets bien triés en libre accès, sans donner de règles a un ou plusieurs enfants, très vite il(s) les sort tous, puis, quand tout l'espace est occupé par les jouets, les jouets sont vite abandonnés, maltraités. Le rangement qui s'en suit est des plus fastidieux, à tel point que le plus souvent, l'adulte seul pourra vraiment le faire.

Quand je choisis de ne laisser qu'une ou deux caisses de jouets, non seulement les enfants jouent plus calmement et plus longtemps, mais le rangement après le jeu est si facile que le plus souvent mon aide n'est pas requise.

























Je choisis de ne donner à l'enfant qu'une liberté réduite dont il peut pleinement se servir, cette liberté là lui permet, par exemple, de prendre en charge son environnement, puisque il sera capable de ranger seul, ce qu'il aime souvent beaucoup quand il n'a à ranger que ce qu'il est capable de ranger. Cette petite liberté là a de "magique" qu'elle grandit avec l'enfant : en grandissant, l'enfant devient capable de tri, d'organisation, et il peut ranger plus de jeu différent. Il devient aussi capable de comprendre (même si souvent il faut se répéter) et de suivre une consigne simple comme : "Tu pourras sortir un autre jeu quand tu auras rangé le premier."

Dans nos sociétés, on croit souvent faire le bonheur de l'enfant en lui donnant toujours plus; plus de jeux, plus de vêtements, de livres. À la maison, même si je veille à ce que les jouets soient de qualité et apportent quelque chose à mes filles, je doit bien reconnaitre qu'elles ont trop de tout. Régulièrement, je "cache" pour un temps une partie des jouets, qu'elles prennent plaisir à redécouvrir plus tard. Pareil pour les livres.
Je suis pourtant persuadée qu'elles n'auraient pas besoin de grand chose et que trop de choses à elles, à gérer, entrave leur liberté, prend de la place et ne leur permet pas de prendre en charge leur environnement et au delà de se prendre en charge elles même.
Peu de jouets, choisis pour l'enfant, pour ce qu'ils peuvent lui apporter. Un environnement réfléchi, ordonné, attractif. Ça vous rappelle quelque chose ?

1 commentaire:

Sandra a dit…

Voilà qque chose dont j'ai conscience pour mes enfants, mais que je n'arrive pas à appliquer. Par manque de temps, par manque d'envie car ça demande une petite gymnastique pour le parent, par paresse, parce que je veux leur donner "trop" de liberté qui n'est finalement pas exploitée comme elle le devrait. Trop de liberté tue la liberté. Enfin, je trouve que tu exprimes mieux que moi ce concept. Je vais essayer de m'y mettre, pour le bonheur et l'indépendance de mes enfants. Merci