02 novembre 2008

L'alternance repose

Il y a deux ans pile, l'une de mes formatrices glissait dans la conversation une petite phrase qui m'avais bien fait sourire sur le moment.
"L'alternance d'activité repose l'enfant, comme l'adulte, pour moi, la vaisselle me repose du repassage."
Je ne suis pas une fée du logis, j'ai horreur du repassage, presque autant que de la vaisselle, cette phrase avait donc glissé sur moi, comme une boutade.
Depuis que mes filles sont instruites à la maison, j'ai pris l'habitude de noter toutes les activités qu'elles choisissent et le temps qu'elles y passent, la concentration qu'elles y trouvent.
En regardant de plus près tout ça, je me suis rendu compte que non seulement je portais un regard bien sévère sur ma grande, mais que cette phrase lâchée presque de manière insignifiante avait bien plus de sens que je ne lui en avais accordé...


Si je me penche sur mes notes, je me rends compte qu'elle commence pratiquement toujours sa journée ou sa demi journée par une activité "toute bête" de vie pratique. Comme je suis une maman soucieuse de ce que sa grande (et aussi sa petite) fille apprenne des choses sérieuses comme le calcul ou le langage, ça m'agace toujours un peu, j'ai l'impression que ma grande puce, qui a tant besoin de lenteur, de temps, de rêverie choisit souvent la facilité...
Et puis je lis la suite, je consulte mes notes sur plusieurs jours, je vérifie.... L'alternance me saute aux yeux et la petite phrase d'un coup fait un bruit de bombe!
Si j'aiguille ma grande sur du calcul, du langage sans lui laisser le temps de choisir, elle passe peu de temps sur son activité, n'y trouve pas la concentration et passe aussi vite que possible à autre chose, me convainquant un peu plus au passage qu'elle choisit la facilité.
Si je la laisse faire, elle prend le plus souvent une activité "facile" de vie pratique le plus souvent avec une jubilation lisible, puis elle se concentre dessus et rien n'existe plus pour elle.
Quand elle en sort, elle papillonne un moment puis le plus souvent vient me trouver pour que je fasse le banquier de la banque de perles, que je lui montre les différentes graphies d'un nouveau son, prend la boite du serpent de perles, ou son cahier de calligraphie et se met au travail...


Encore une de ces théories de la pédagogie Montessori dont j'étais bien persuadée intellectuellement parlant, sans arriver à la vivre, et que ma grande m'a permis de réaliser, juste parce qu'elle, elle la vit...
Au delà de reposer, l'alternance d'activité prépare, comme si dans l'activité facile à mes yeux d'adulte elle trouvait l'état d'esprit qui lui est nécessaire pour aborder le matériel de mathématique ou de langage.
L'instruction en famille révèle des professeurs qui ne sont pas toujours ceux qui pensent enseigner...

9 commentaires:

IsObel a dit…

whaou ! c'est chouette de vivre ça !
il faudrait que je te fasse passer les schémas de M. Montessori sur les phases par lesquelles passent les enfants dans la journées si tu ne les a pas déjà. (chapitre "ma contribution expérimentale" de la pédagogie scientifique)

A bientôt

Princesse Petit Pois a dit…

Pour le bouquin, oui, je veux bien...
Pour le "whaou, c'est chouette", oui, c'est vrai et aussi déstabilisant par rapport à cette certitude qu'on peut avoir de bien connaitre nos enfants... En tout cas, ça fait avancer...

IsObel a dit…

Moi quand je découvre chez mes enfants quelque chose qui a été observé par Maria Montessori, ça m'émeut, comme si j'avais en un instant la certitude d'être dans le vrai.

Mais c'est vrai que du coup, ne pas l'avoir compris/observé peut faire douter, moi je me suis (déjà !) quelques fois plantée dans l'observation de mes enfants, je tâtonne beaucoup. J'avance mais je peste parfois de ne pas réussir a trouver intuitivement ce qu'il faudrait à mes enfants. Dans le même ordre d'idée, ça me fait toujours bizard quand la maîtresse ou ma mère trouvent une activité qui fait tilt alors que je n'y ai pas pensé deux secondes !

Dans ces cas, je doute de mes aptitudes... mais un peu de lecture des écrits de Maria et je repars !

Quelle chance on a de pouvoir vivre ça !

IsObel a dit…

pour le chapitre je vais voir si mon appareil photo veut bien fonctionner...il fait grève depuis quelques semaines, sinon je trouverai bien une âme charitable pour me prêter le sien une journée !

Florence en France a dit…

Salut les filles !

oui, quelle chance de pouvoir contempler le développement harmonieux de ses enfants.

Bravo à toi aussi, car cela demande beaucoup d'humilité et de lacher prise ... des qualités extraordinaires qui ne sont pas du tout à la mode et que tu as su sauvegarder !

IsObel, je suis preneuse aussi, on se voit le 16 à Manosque ...si tu as le temps d'ici là. Merci !

IsObel a dit…

bonsoir Florence!

mon appareil photo est toujours tanqué, et je n'ai pas vu ma copine montessorienne du coin. Si tu amènes ton appareil le 16, on pourrait s'en occuper au déjeuner ?

Justine a dit…

Je découvre ce blog aujourd'hui et même si je n'ai pas une minute, je reviendrais très vite afin de vous lire entièrement car je suis très intéressé par ce type d'approche vis à vis de l'éducation des enfants...Petite question (vous en parlez peut être..mais je n'ai pas encore lu votre blog) peut on concilier enseignement classique à l'école et méthode montessori à la maison?

laetitia a dit…

bonjourppp.je parcours ton site depuis deux mois ,NON je minpregne de ton site depuis deux mois.je veuxtout d abord te feliciter;ce site est pour moi une référence car je veux faire l'école amon fils ALOIS de 28 mois avec la methode MONTESSORI.j'ai lu"l'enfant","la methode pédagogique illustrée" mais je manque de repére pour savoir par quels outils commencer.jaimerais te poser plusieurs questions pour pouvoir commencer avec ALOIS si tu le temps tres prochainement.merci d'avance.

Marie a dit…

Coucou princesse. Nous nous sommes croisées sur MG il y un moment maintenant. Aujourd'hui ma grande fleur est en Montessori et bientôt sa petite soeur y entrera également :-) Je visite souvent ton blog je le trouve très enrichissant. Bonne continuation;-) Marie